Font Size

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel
Previous 2015 - Zuidcoote (F) - Blockhaus & graffitis
Vote it
5.0/5 (1 votes)

Chaque photo peut être agrandie en cliquant au centre du diaporama.  Cela vous permettra de mieux saisir les nuances du fabuleux travail de ces Street Artistes.

Sur une plage du nord de la France, dans le Pas-De-Calais, à ZUIDCOOTE des blocs de béton, disséminés le long de la plage, sont parsemés de graffitis.  Et aussi, un de ces blockhaus a été entièrement recouvert de morceaux de miroir.  Pour vous présenter ce dernier,  j'ai opté pour un travail sur les couleurs ... et sur l'ambiance.

L'ANONYME qui est à la source de cette ré-interprétation mérite, tout comme le soldat inconnu, notre admiration.  je vous invite à visiter le site qui est dédié à ce travail et à parcourir le texte ci-après qui explicite la démarche.  Juste de quoi nous interpeller, comme tout art urbain !

Si vous aimez ces graffitis, n'oubliez pas de voter.

Après le texte ci-dessous, prenez quelques minutes pour visionner la vidéo de la réalisation.

"Ce détournement, initié en mars 2014, 70 ans après la construction des blockhaus par l’armée allemande dans les dunes de Flandre, s’inscrit dans la tradition du Land Art mais avec une dimension esthétique et politique qui lui est propre.
Cette architecture lourde, massive, presque immobile devient une surface mouvante qui, à chaque minute, change d’apparence en reflétant le ciel et le paysage.
Le miroir, ici, est utilisé comme un langage plastique.
Le blockhaus se fait oublier, se camoufle. Mais en disparaissant, il révèle. Cette seconde peau fait passer l’ombre à la lumière.
Ces bâtiments abandonnés, dénués de statut, sont à l’image de l’Histoire qui les a créés, écartés de la ville et de la mémoire.
Il est urgent de rendre à ces vestiges la visibilité qu’ils ont perdue, à notre époque où l’extrémisme menace.

Hitler ne s’est-il pas fait élire en 1932 ?
Ainsi le miroir donne au présent la forme spectrale des revenants, d’un passé qui revient au présent ; il rend vivant.
J’ai voulu dresser contre l’entêtement hostile du béton, la fragilité du miroir brisé; changer ce vestige, un document de la seconde guerre mondiale, en monument pour notre mémoire.
Par ce nouveau camouflage, le bunker se révèle ou s’efface, selon l’angle de vue du spectateur et la position du soleil. Il devient une trace, une empreinte à peine perceptible en reflétant le monde ou, au contraire, lorsqu’il capte et renvoie le feu qui aveugle, un nouvel amer, un phare délivrant un autre signal d’alarme.
A une époque dans l’Histoire de l’Humanité où l’homme ne s’est jamais autant regardé et perdu dans son propre reflet, au point de s’y enfermer, le miroir ici réfléchit ce qu’il a abandonné: la nature qu’il est en train de détruire.

Une absurdité incommensurable, à l’image de ces milliers de tonnes de béton échouées là dans les dunes de Flandre.
En créant un espace d’illusion, le miroir dénonce comme plus illusoire encore l’espace réel et notre aveuglement.
Mais ce monument solaire, ce «contre espace» laisse entrer l’imagination dans le béton et démontre la possibilité de sa victoire par celle de la création sur la destruction."

 

Leave a Comment